Radio spirituelle sénégalaise, Radio Talibé

Switch to desktop

Actualité

Mame Cheikh le choix de Dieu

RADIO talibe Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Makhtoum : Le mystique (portrait)

Est-il encore besoin de présenter le guide spirituel et actuel Khalife des Tidianes, Cheikh Ahmed Tidiane Sy ? Qui peut vraiment braver un exercice aussi périlleux, sans bégayer ni bredouiller, sans répéter à l’ennui ce que personne n’ignore ? Ce Saint homme a depuis longtemps fracturé les verrous de la mémoire collective, s’invitant par la force de ses convictions et de ses idées, dans le panthéon des immortels. Oui, l’homme a déjà signé avec les générations présentes et futures, un contrat immua

Né le 29 décembre 1927 à Saint Louis Cheikh Ahmet Tidiane Sy, un surdoué à souhait, avait bouclé ses études islamiques des cycles inférieur et moyen à l’âge de 14 ans. A 16 ans, il publie son premier livre : «Les vices des marabouts». Puis plus tard, il sort «L’inconnu de la nation sénégalaise : El-Hadji Malick Sy ». A la trentaine, il effectue son premier voyage à Paris où il a vécu, pendant des années. 

Cependant, il serait simpliste de vouloir suspendre le renom et l’influence de cet homme de Dieu au seul avantage de sa généalogie. Fils de Seydi Ababcar Sy, Serigne Cheikh s’est forgé un destin, il s’est frayé une voie aux prix de multiples épreuves dont le moindre est sa double mise aux arrêts, sous le régime de Senghor. Et comme si le prophète David, rappelé parmi les vivants avait choisi de se réincarner en lui, que de métier dans sa prime jeunesse, ont éprouvé sa silhouette pourtant frêle ! Tout y est passé, depuis les travaux champêtres jusqu’aux montagnes financiers des hommes d’affaires. Un peu comme pour tutoyer les douze travaux d’Hercules, il a été, avec des fortunes diverses cultivateur, commerçant transporteur, industriel etc. Aussi pourrait-on dire sans la moindre intention de « starisation tendancieuse », qu’il a payé de sa personne, le royaume de sympathie et de considération taillé dans le cœur de ses compatriotes, musulmans ou non. 

De la même manière, il serait malvenu, à notre avis, de rechercher les clefs combiens enviables de sa notoriété dans les abysses insondables de sa seule puissance intellectuelle, pour remarquable que soient, du reste, sa formation et son parcours initiatique. En folâtrant dans les jardins de sa poésie, hors du commun, l’on peut glaner cette fleur insolite au parfum enivrant : 

Le guide religieux rappelait à Dieu dans la nuit de mercredi à jeudi s’est, à travers ce petit message, exprimé sur sa propre mort.

Avec un ton assez appuyé et une assurance dans ses dires, Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Makhtoum  évoquait ainsi le jour de sa disparition.

 

On l’entend dire ceci: « Il m’a dit la manière dont je vais quitter ce bas monde, « Billahil Leuzi Laa Ilaa Ha Ilaa Houwa ». Il me l’a dit et m’a signifié que cela dépendait de moi »

Copyright ® Radiotalibe.com

Top Desktop version